Manif anti-autoritaire à Lyon , la lutte contre le passe et son monde continue !

Un collectif unitaire anti-autoritaire, réunissant plusieurs collectifs lyonnais, a lancé un appel contre le passe et l’état sécuritaire le 19 février 2022 à 14h Place Guichard à Lyon. Parmi les premiers signataires on trouve : l’Assemblée en lutte contre le passe sanitaire & vaccinal Lyon/Oullins, le CNNR LYON, Occupons69, l’Assemblée Gilets Jaunes Lyon & Environs, Stop 5G Lyon, Écran Total RA, Extinction Rébellion Lyon, l’Age de Faire, l’Association des Victimes de Crimes Sécuritaires, Lyon Insurrection.

Halte au contrôle numérique s’est rendu à cette première manifestation. Une deuxième aura lieu samedi 26 février à 14h Place Guichard. Nous lançons un appel aux organisations et collectifs stéphanois afin de créer un front de lutte sur Saint-Étienne !

Le Conseil Constitutionnel a validé le passe vaccinal le 21 janvier 2022. À l’heure où les pays d’Europe commencent à assouplir leur politique sanitaire (Angleterre, Danemark, Suède) et où l’OMS préconise de ne pas imposer la vaccination, ainsi que la limite de la multiplication des doses de rappel sur le long terme , la France s’enfonce toujours plus loin dans la politique sécuritaire.

Comme nous l’avons expliqué dans un précédent article, nous considérons le passe comme un outil de contrôle numérique discriminatoire, car non content de briser le secret médical en occasionnant le vol de nos données de santé (1), il fracture également la société en deux en mettant au ban une partie de la population. Avec le passe vaccinal l’État va encore plus loin, car désormais même avec des tests négatifs, les personnes non-vaccinés se verront définitivement barrer l’accès à un certain nombre d’emplois et d’espaces publics.

Aujourd’hui les colères sont nombreuses : soignants suspendus du jour au lendemain sans indemnités et méprisés après avoir été applaudis tous les soirs, travailleurs contraints d’abandonner leur emploi sans aucune garantie d’en retrouver un derrière (2), parents d’élèves en colère de voir leurs enfants interdits de piscine, de sorties scolaires et de bibliothèques… Sur ce dernier point, il faut noter qu’un certain nombre de bibliothécaires se sont opposées au contrôle du passe, y compris dans la région (voir cet article de Sainté Debout).

Manifestation anti-passe, Saint-Étienne, 14/08/2021

Toutes ces colères sont autant de voix qu’une partie de la gauche refuse d’entendre alors qu’une partie de la population traverse un isolement social sans précédent ! Un mépris qui n’est pas sans rappeler celui qui était déjà apparu au début du mouvement des gilets jaunes et qui fait le jeu de l’extrême droite qu’elle prétend combattre. Pourtant le passe se fait de plus en plus critiquer, celui-ci apparait de plus en plus pour ce qu’il est, un outil politique de contrôle social.

Le passe, le choix politique d’un état autoritaire

Ce n’est pas pour rien, si un certain nombre de pays ont décidé de supprimer le système du passe. La plupart de ceux ayant la même situation sanitaire que la France l’abandonnent, il est désormais reconnu par les autorités sanitaires que le passe n’empêche pas du tout la diffusion des variants et que ça n’a rien à voir avec les non-vaccinés que l’on criminalise à longueur de journée ! Même Israël, fer de lance de la quadruple vaccination, pourtant peu soucieux des libertés, a autorisé l’entrée dans les restaurants, cinémas et hôtels sans présentation du « passeport vert », jugeant que si « l’atteinte aux libertés et aux moyens de subsistance était justifiée tant qu’il y avait un objectif clair et justifiable. Il n’y en a plus ».

Le 14 janvier 2022, le professeur Caumes, infectiologue médiatique et qu’on ne peut pas qualifier d’ « anti-vax », a déclaré que le passe vaccinal était selon lui « une erreur d’un point de vue épidémiologiste, de santé publique et médicale », pour lui il s’agit d’un choix politique non sanitaire, tout comme le fait de jeter l’opprobre sur les mouvements anti-passe : « on est dans la campagne électorale. L’affaire des anti-vax, c’est pareil. Ce n’est ni de la médecine, ni de la santé publique » (lien)

Manifestation anti-passe, Saint-Étienne, 04/09/2021, Le Progrès

Un constat partagé par le Comité scientifique invisible du Printemps du Care qui exige l’abandon immédiat et sans condition du pass : « il stigmatise et est privateur de liberté, banalisant le contrôle des citoyen·ne·s les une·s par les autres. Et il est le symbole d’une approche autoritaire injuste et inefficace (…) Vouloir transformer le pass sanitaire en pass vaccinal et l’étendre à tous les emplois n’est qu’une course en avant libérale. Quel coût social aurait une nouvelle augmentation de la taille de la matraque sur une société déjà tellement clivée ? »

Le coût social on le voit aujourd’hui et c’est toute une partie de la population qui est en train de le payer. Certains usent et abusent de ce système, comme le président de l’université d’Orléans qui a conditionné des distributions alimentaires à des étudiants précaires à la présentation du passe vaccinal. Un professeur de CHU a aussi déclaré ne plus vouloir soigner les non-vaccinés, Estrosi pour sa part a déclaré vouloir supprimer leurs droits à l’assurance chômage, une mesure qui a été appliquée au Canada (voir : https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/covid-le-canada-veut-priver-les-non-vaccines-dallocations-chomage-1375911)

Non contents de subir les conséquences de ce contrôle généralisé, les non-vaccinés doivent aussi face à une flambée des prix de l’énergie (électricité, gaz, essence, bois, …) et de l’alimentation comme le reste de la population, alors que beaucoup parmi eux ne peuvent plus travailler ! En ajoutant à cela l’habituel mépris de Macron et la forte répression qu’a connu le mouvement anti-passe à certains endroits, comme en Guadeloupe ou plus récemment à Montpellier on comprend comment des milliers de personnes ont pu descendre dans les rues et monter à Paris et Bruxelles pour faire entendre leur colère !

Manifestation anti-passe GJ, 12/02/2022, Paris, Nantes Révoltée
Manifestation anti-passe GJ, 12/02/2022, Paris, Nantes Révoltée

Un outil de contrôle numérique qui touche tout le monde

Aujourd’hui le gouvernement a réussi son coup, il a réussi à fracturer la société entre vaccinés et non vaccinés, pro-passe et anti-passe. Entre les « bons citoyens » qui peuvent profiter d’un certain nombre de droits et de privilèges, et les « irresponsables » considérés comme des « non-citoyens » qui n’ont pas d’autres choix que de se plier aux décisions du gouvernement ou de se retrouver exclus du reste de la société, même s’ils doivent en crever. Ce passe repose sur la même logique que celui du crédit social chinois. Dans les deux cas il s’agit de récompenser ou de punir une population en fonction de sa coopération. Le passe procède par ailleurs de la même logique gestionnaire technocratique (voir cet article de Cerveau Non Disponible)

« Les appels au civisme, à l’effort commun et les menaces coercitives participent à un endoctrinement auquel il est difficile d’échapper. Refuser le contrôle par le pass vous relègue immédiatement au ban de la société dans un contexte où le gouvernement vous expose à une forme d’humiliation sociale » (Cerveaux Non disponibles).

Manifestation anti-passe, Nantes, 08/01/2022, Nantes Révoltée

De plus, avec le passe vaccinal, les non vaccinés ne sont pas les seuls touchés : aujourd’hui les vaccinés avec leur schéma vaccinal incomplet se retrouvent aussi sanctionnés. Mardi 15 février 2022 ce sont 5 millions de passe qui ont été désactivés fautes d’être dans les clous. Un chiffre qui aurait pu monter à 9 millions de personnes, si une partie de la population n’avait pas contracté le variant Omicron et ne bénéficiait pas d’un « passe temporaire ».

« Votre liberté de circulation est désactivée. Nombre de vos droits sont désactivés. Vous êtes désactivé, expiré, non valide. » (Nantes Révoltée)

La question est jusqu’où cela cela va-t-il aller ? Apparemment le gouvernement laissé entendre qu’une possible levée du passe aurait lieu en juillet, mais nous devons prendre garde aux effets d’annonce en cette période de campagne électorale. D’ici juillet le gouvernement peut rechanger d’avis, comme il l’a déjà fait maintes et maintes fois et les élections pourraient également rebattre les cartes…

Manifestation anti-autoritaire, Lyon, 19/02/2022, Lyon Rébellion

Rien ne nous dit que le passe ne s’inscrira pas durablement dans notre vie quotidienne à l’avenir. Maintenant qu’une grande partie de la population s’y est habituée le risque de l’effet cliquet existe. D’autant que le porte-feuille d’identité numérique de Thales, un pass s’appliquant à toutes les démarches de la vie quotidiennes, est déjà sur les rails de l’Europe. Idéal pour se faire tracer et pister partout sur le globe, mais aussi pour faciliter le contrôle des États sur nos vies.

Voir l’analyse qu’en fait Celia Izoard du Groupe Marcuse dans cet article : https://reporterre.net/Bientot-le-portefeuille-d-identite-numerique-un-cauchemar-totalitaire

« Ce produit qui nous concerne tous intimement a valu à Thalès le prix de 2019 de « l’entrepris de l’année » par le cabinet Frost & Sullivan, qui relève avec appréciation l’une de ses originalités : « En cas de suspension d’un droit de l’individu pour quelque raison que ce soit, le gouvernement peut l’invalider en temps réel sur la plateforme ». On peut donc désactiver à distance les moyens de paiement, la couverture de santé ou le permis de conduire d’un citoyen. » (Celia Izoard).

Comme le souligne Cerveaux Non disponible, le passe constitue un outil très tentant pour le pouvoir et pourrait très bien être réutilisé pour faire face à d’autres crises, par exemple climatique (voir cet article).

L’outil d’une époque : celle de la surveillance et de la censure

Le passe ne sort pas de nulle part il s’inscrit dans un contexte national et européen particulier. Depuis le début du mandat de Macron on ne compte plus le nombre de lois sécuritaires qui sortent : loi sécurité globale, loi séparatisme, le passe s’inscrit dans cette continuité. Plus récemment la loi drones 2 a été validée par le Conseil Constitutionnel en dépit du combat juridique mené par la Quadrature du Net.

Voir cet article : https://www.laquadrature.net/2022/01/21/les-drones-policiers-autorises-par-le-conseil-constitutionnel/

Nous sommes passé dans un état néolibéral autoritaire et raciste, qui ne supporte plus les critiques ni l’opposition. En atteste la menace de dissolution de Darmanin à l’encontre du média Nantes Révoltée ainsi que les multiples attaques contre les pages Facebook et les groupes antifascistes, mais aussi la disparition progressive de plusieurs observatoires et conseils indépendants, ainsi que l’affaiblissement des contre-pouvoirs. Le gouvernement actuel avec ses discours réactionnaires nauséabonds ne sait imposer sa politique que par la matraque.

Voir notre passage dans l’émission radio de la Machine à découdre sur RadioDio : https://halteaucontrolenumerique.fr/?p=1046

Manifestation anti-pass, Saint-Étienne, 31/07/2021, Stéphanie Snuggs

La Quadrature du Net dresse le même constat : « soit on « adhère » aux valeurs morales de la classe dirigeante, soit tout mouvement de lutte, de contestation ou de révolte contre le modèle imposé par ces valeurs sera considéré comme une violence qui nécessite d’être écartée ou supprimée. Les « valeurs de la République » sont devenues les valeurs morales de la classe qui dirige la République.

Cette définition de la « République », pourtant synonyme de démocratie et d’égalité dans la tradition politique française, est ainsi de plus en plus détournée par les gouvernements successifs pour délégitimer les contre-discours populaires, véhéments ou radicaux, qui cherchent pourtant souvent à promouvoir ces valeurs de démocratie et d’égalité »

Nous sommes entrés dans un état d’urgence et de contrôle permanent qui laisse de moins en moins de place à la critique et aux libertés collectives, qu’il s’agisse de la liberté d’expression, de croyance ou de la liberté de circulation. Des libertés qui sont aussi des droits : droit à la vie privée, droit de pouvoir travailler sans faire l’objet d’une discrimination, etc. Combien de temps faudra-t-il pour voir un détournement de l’utilisation actuelle du passe ? En Allemagne la police a déjà utilisé illégalement les données du passe sanitaire pour résoudre une enquête (voir ce lien).

« Aujourd’hui ce chantage s’exerce autour de la question du vaccin et demain ? Qui sera « désactivé » ? Et pourquoi ? Privé de loisirs, de liberté de circulation, d’emploi ou de vie sociale pour un comportement « déviant » ? Pour ne pas figurer dans le bon fichier ? Au nom du dernier caprice d’un gouvernement autoritaire ? » (Nantes Révoltée).

Manifestation anti-autoritaire, Lyon, 19/02/2022, Lyon Rébellion

À cet égard les discours de certains politiques ont de quoi inquiéter, comme celle de ces trois sénateurs à l’origine d’un rapport sur « les crises sanitaires et outils numériques », déposé à la présidence du Sénat le 3 juin 2021, qui ne voyaient pas le problème d’une « dictature » si celle-ci sauvait des vies (voir cet article).

Un contexte national qui fait écho à un contexte européen très similaire. En effet, en ce moment les outils de contrôle et de surveillance se multiplient dans tous les pays européens et les instances démocratiques peinent de plus en plus à leur faire barrage. La reconnaissance faciale essaie de s’imposer et on assiste au retour de la loi Avia par la fenêtre européenne, qui annonce un nouveau déploiement de la censure sur les réseaux sociaux (voir : https://www.laquadrature.net/2022/02/08/les-deputes-doivent-refuser-la-censure-sans-juge-en-une-heure/)

Manifestation anti-passe, Saint-Étienne, 04/09/2021, Le Progrès

Face à ce déchaînement autoritaire et cette implantation de la techno-police, il nous appartient d’organiser la riposte !

Le combat continue, reprenons la rue !

Autrefois nous nous sommes tous mobilisés contre la loi sécurité globale et avions réussi à faire reculer le gouvernement, aujourd’hui il est temps de recommencer ! L’appel lancé par le collectif unitaire anti-autoritaire devrait parler à la plupart des militants qui refusent ce monde fascisant et autoritaire où s’enracine un peu plus la technopolice, la xénophobie, le mépris de classe et la destruction du vivant (voir ci-dessous).

Une nouvelle manifestation aura lieu à Lyon samedi 26 février à 14h place Guichard, nous espérons que nous pourrons faire bientôt la même chose à Saint-Étienne.

La lutte contre le pass et son monde continue !

Manifestation anti-autoritaire, Lyon, 19/02/2022, Lyon Rébellion

Notes

(1) Voir : https://www.laquadrature.net/2021/07/06/passe-sanitaire-le-conseil-detat-valide-la-violation-de-la-loi/ et : https://www.laquadrature.net/2021/09/24/en-toutes-choses-il-faut-de-la-mesure-de-lusage-de-la-telemetrie/

(2) Voir : https://www.mediapart.fr/journal/economie/230821/passe-sanitaire-et-embauches-va-droit-vers-une-obligation-vaccinale-qui-ne-dit-pas-son-nom

Pour aller plus loin

Critique du passe par la Quadrature du Net : https://www.laquadrature.net/2021/08/19/passe-sanitaire-quelle-surveillance-redouter/

Sur la fuite des données de santé, voir le projet de Health Data Hub : https://www.laquadrature.net/2021/03/17/health-data-hub-du-fantasme-de-lintelligence-artificielle-a-la-privatisation-de-nos-donnees-de-sante/

Pourquoi soutenir Nantes Révoltée : https://www.laquadrature.net/2022/02/16/pourquoi-il-faut-soutenir-nantes-revoltee/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.